CFTC MICHELIN

CFTC MICHELIN

lundi 26 janvier 2015

Fermeture des plateformes logistiques Michelin ...

La Bretagne

La plateforme Michelin de 20 000 m2 située à Châteaubourg fermera ses portes en janvier 2016. Quinze emplois sont concernés.


La plateforme Michelin de Châteaubourg, située dans la zone des Rouyardières, derrière Sojasun, a accueilli ses premiers pneus en novembre 1997. Dix-sept ans plus tard, le 18 novembre exactement, les 15 salariés apprenaient la fermeture du site, programmée en janvier 2016.

« Une grande tristesse »

Chargé de l’annoncer à son personnel, François Bal décrit « une grande tristesse » et précise qu’un plan social est en négociation. La moyenne d’âge des salariés (57 ans) va permettre à une majorité d’obtenir un départ en retraite anticipé. « Il y aura trois ou quatre mutations », ajoute le responsable du site. Des possibilités existent notamment chez Euromaster, propriété de Michelin.

Six fermetures en France

Cette fermeture intervient dans le cadre d’une grande étude lancée chez Michelin en mars 2014 à l’échelle européenne, dans le but de recentrer ses activités. « Nos concurrents nous font du mal. Nous avons perdu des parts de marché, révèle François Bal. Six plateformes vont fermer. Pour la France, il n’y aura plus que deux magasins, Clermont-Ferrand et Valenciennes, qui seront agrandis. »
En attendant, la plateforme de Châteaubourg va continuer de vivre au même rythme « jusqu’en septembre ou octobre 2015 ». L’entrepôt de 20 000 m2, que Michelin loue à un privé, réceptionne chaque jour 12 camions chargés de pneus en tout genre (voitures, poids lourds, tracteurs…) fabriqués dans les usines françaises et européennes de la marque au bibendum.

2 millions de pneus par an

Puis ces pneus sont livrés aux clients de Michelin que sont les concessionnaires automobiles, les centres comme Norauto, Speedy… Ils sont transportés par un prestataire unique, STG, de Noyal-sur-Vilaine. « Une vingtaine de chauffeurs travaillent pour nous », indique François Bal avant de préciser que ces derniers continueront à livrer pour Michelin après la fermeture du site de Châteaubourg.
Chaque année, un peu plus de deux millions de pneus sont acheminés en Bretagne, Basse-Normandie, Pays de la Loire et une partie de la région Centre.

 http://www.lejournaldevitre.fr/files/2015/01/michelin.JPG
 source : le journal de Vitré



La Picardie 

Le flux de quelque 3,2 millions annuels d’objets estampillés Michelin, essentiellement des pneus, distribués depuis Beauvais via 40 tournées quotidiennes de camions dans 23 départements du grand Nord de la France, va être regroupé à Rouvignies, à 5 km de Valenciennes dans le département du Nord, au mois de mai 2016.

L’énorme entrepôt de distribution de 32 000 m² mis en service pour Michelin, qui le loue depuis 1996 au sud de Beauvais à Allonne, aura fonctionné pour le manufacturier pendant vingt ans.

 «  Nous bouclerons prochainement le plan social pour les 20 Michelin travaillant sur le site. Tous seront accompagnés financièrement soit par des mesures de mobilité interne, soit par des mesures d’âge » explique Didier Gaïa, 54 ans, qui dirige le site depuis trois ans.

Parmi trois prestataires de Michelin Beauvais, Sécuritas affecte 4 personnes au gardiennage ininterrompu du site, et ISS fournit des prestations de nettoyage. Le prestataire le plus important, GT Nord (1400 salariés en France), affecte 100 personnes, dont 60 chauffeurs, à cette plate-forme de distribution.« On continue à travailler avec eux, on construit ensemble la logistique de demain qui sera redéployée » assure M. Gaïa.

Beauvais tire en effet le rideau avec trois autres plates-formes en France. Michelin veut en effet reconcentrer la distribution de ses produits dans deux sites en France, le siège à Clermont-Ferrand et à Rouvignies. « L’augmentation du nombre de nos produits, avec un peu plus de 5000 références aujourd’hui, justifie ce choix dicté aussi par la volonté d’améliorer notre service à nos clients tout en améliorant nos coûts », explique M. Gaïa.

Michelin s’était installé à Beauvais au lendemain de l’ouverture de l’autoroute A16, en 1995. Son immense entrepôt se situe à quelques minutes de l’échangeur sud de la ville préfecture, le manufacturier développant alors un nouveau système de distribution articulé autour de six zones en France. Il mettait fin en 1996 à l’organisation départementale de la distribution du manufacturier. La roue tourne, chez Michelin…

Didier Gaïa, directeur du centre de distribution Michelin à Beauvais qui fermera en mai 2016.
 Didier Gaïa, directeur du centre de distribution Michelin à Beauvais qui fermera en mai 2016.

 source: Courrier Picard