CFTC MICHELIN

CFTC MICHELIN

mardi 8 décembre 2015

le patron de Michelin plaide pour des accords d'entreprise....

Le président du groupe Michelin Jean-Dominique Senard veut "inverser la hiérarchie des normes" du droit du travail, pour que des accords d'entreprise puissent primer sur les conventions collectives voire la loi, au nom de la compétitivité.

 

"Le temps de travail doit faire partir de l'accord négocié au plus près des salariés concernés", a expliqué le patron de la firme au Bibendum dans un entretien exclusif avec l'AFP.

"Je plaide beaucoup pour que la législation nous laisse un jour la capacité de signer des accords majoritaires dérogatoires par rapport au code du travail existant, ce qui est une assez bonne façon de le faire évoluer", a-t-il ajouté.

"Très sceptique sur la qualité de ces accords,oui à la création d'emplois ,oui à la sauvegarde de l'emploi,mais non à des accords qui ne sont bénéfiques qu'à l'entreprise ,non au chantage et pressions.
Michelin ne doit pas au dépend de la compétitivité et de la flexibilité , déprécié ses salariés,contourner les lois ..."(CFTC  MICHELIN)

Assurant que "chacun comprend que la compétitivité doit s'améliorer en permanence", M. Senard s'est félicité de l'accord récemment conclu dans l'usine Michelin de Roanne, qui tourne désormais sept jours sur sept et où les salariés doivent travailler 28 dimanches par an. En échange, 720 emplois sont garantis à l'horizon 2019.

"On peut faire un diagnostic, essayer de comprendre quels sont les objectifs de compétitivité à atteindre pour poursuivre l'activité et ensuite, en commun, prendre les mesures nécessaires. Au bout du compte, on sauve l'usine", a fait valoir M. Senard pour qui "chaque fois qu'on pourra développer dans nos usines françaises ce type de programme, on facilitera considérablement leur compétitivité".
Alors que l'entreprise a récemment annoncé la fermeture de trois usines en Europe (Italie, Royaume-Uni et Allemagne), son président a affirmé que "la présence européenne de Michelin est une conviction fondamentale et je ne changerai pas d'avis, y compris en France". Il a justifié ces fermetures par un marché européen du poids lourd qui avait "considérablement baissé". Le groupe emploie plus de 65.000 salariés en Europe sur plus de 110.000 dans le monde.

En plein sommet mondial COP21 sur le climat, M. Senard s'est dit "profondément favorable" à "une valeur du carbone" et a annoncé de nouveaux engagements contre le réchauffement, dont une réduction de 20% des émissions de CO2 dues aux pneus Michelin d'ici à 2030 via une baisse de la résistance au roulement des enveloppes.

L'activité de Michelin contribue à l'émission de "120 millions de tonnes de CO2 par an", qui sont à plus de 90% le résultat de "l'énergie nécessaire à la rotation des pneus", selon M. Senard pour qui, du coup, "la valeur générée par le pneumatique dans ce combat contre le CO2 est immense".

source : AFP